Ecris une histoire gay de ta life et gagne des tickets gratos pour mater les videos !

Le plan cul - La rencontre

Ma copine d’enfance, Amélie, fête ce soir ses vingt-deux ans et a invité une vingtaine d’amis dans son appartement. Lorsque j’arrive, sur les coups de vingt heures, tout est encore calme, mais très vite, au fur et à mesure que les invités arrivent, l’appartement devient bondé. L’ambiance générale est bonne : ça boit, ça mange, ça fume, ça danse, ça s’embrasse, ça s’amuse … Je ne connais pas grand monde à cette soirée, à part Karen, la colocataire d’Amélie qui a elle aussi invité quelques amis. Il fait une chaleur terrible dans le salon, je décide alors de m’isoler dans la cuisine pour boire quelque chose de frais. Deux mecs ont eu la même idée que moi, installés à la fenêtre, ils finissent de fumer. - Besoin de respirer ? me demande l’un d’entre eux. Ouais, c’est insupportable cette chaleur ! -Y a des bières au frais si tu veux ! me dit le mec à la barbe de trois jours. Je le remercie et je me sers. Son pote quite te la pièce pour aller pisser. Je propose au mec restant une bière en lui tendant, il me remercie, l’ouvre et nous trinquons. Il me dit qu’il s’appelle Alex et que c’est un pote de Karen.

Une fois les présentations faites, nous discutons de nos études, de la soirée, des banalités en gros. Je dois avouer qu’il est très beau gosse. Brun, barbe de trois jours, yeux verts, gueule d’ange, il est grand, semble sportif et bien dans sa peau. Nous sommes interrompus par Karen qui nous annonce qu’Amélie va ouvrir ses cadeaux. Après avoir ouvert ses paquets et avoir fait un bisou à tout le monde, la soirée reprend son cours. Les bouteilles d’alcools se vident assez vite et l’ambiance devient de plus en plus chaude à tel point qu’une copine de Karen se lance dans un strip-tease et m’a choisi pour me faire une lap-dance. Amélie a très bien compris que je suis extrêmement gêné et elle est morte de rire ! Vers deux-heures, voyant que l’! ambiance est retombée et que la majorité des invités sont bourrés, je décide de rentrer. Amélie me remercie d’être venu et me demande comment je rentre chez moi, ce à quoi je lui réponds en tramway. Elle regarde sa montre et doute qu’il y ait encore des trams qui passent à cette heure-ci. Dépité, je me vois mal dormir dans cet appartement qui sent l’alcool renversé, les cendres froides et où la quasi-totalité des invités sont ivres.

A cet instant précis, Alex, ayant entendu la conversation, me propose de me ramener, il lui reste une place dans sa voiture. Je lui demande si ça ne lui dérange pas et après lui avoir donné mon adresse, il me dit que c’est sur sa route. Nous voilà partis à quatre dans sa petite 206. Il dépose tour à tour chacun de ses potes totalement saouls, puis je passe à l’avant et il me ramène chez moi. Il est étonné de voir que je n’ai pas beaucoup bu. Je lui réponds que quand on ne connait personne et qu’on est pas trop dans l’ambiance, ce n’est pas top de boire seul.

Après notre conversation dans la cuisine, Alex et moi ne nous sommes pas trop croisés durant la soirée. Je suis content de le retrouver une nouvelle fois, au calme. Le courant passe bien entre nous j’ai l’impression. Il me demande si j’ai une meuf. Je lui réponds que non et il me dit que de son côté, c’est compliqué, qu’il est en couple, mais qu’il s’amuse à côté. Je souris et je lui réponds que c’est bien de s’amuser ! En arrivant devant chez moi, je remercie Alex de m’avoir ramené. On se dit au revoir, puis je sors de la voiture et je monte dans mon appartement. La première chose que je fais en arrivant, c’est boire un verre d’eau ; j’ai à peine le temps de le finir que j’entends la sonnerie de l’interphone retentir.

Je réponds, en étant tout de même méfiant vu l’heure avancée de la nuit. C’est Alex, me voilà rassuré ! Il me ramène mon portefeuille que j’ai oublié dans sa voiture. Ouf, il a bien fait de me le dire, je ne m’en étais même pas rendu compte ! ! Je lui dis que je descends le chercher, mais il insiste pour monter afin que je l’offre un verre pour le remercier. J’accepte en souriant. Il entre dans mon appartement et me donne mon portefeuille. Je le remercie de nouveau et le fait avancer dans ma grande pièce. Il est étonné de voir un appartement si grand. Chose promise, je lui sers un verre de coca, je n’ai que ça … On trinque assis sur le canapé. Il est vraiment très charmant ! J’aime beaucoup son look, son charisme de futur avocat, son sourire, son regard ! Dommage qu’il soit hétéro !

Il me dit que ce soir, lorsque sa pote m’a fait une lap-dance, j’ai fait des envieux ! Je souris et réponds que j’étais juste gêné ! « T’es gay c’est ça ? ». Sa franchise me surprend, mon cœur se met à battre à toute vitesse. « Rassure-toi, c’est Amélie qui me l’a dit après lui avoir posé la question, ça me pose aucun soucis ! » poursuit-il. Mon cœur reprend un rythme norma! l. Il y a un petit silence avant qu’Alex ne me déclare quelque chose d’encore plus surprenant. « En fait, si je suis monté, c’est pas que pour que tu me serves un verre, je pensais que t’aurais pu me remercier autrement ! ».

Je ne comprends pas et fronce les sourcils. Il me montre avec ses yeux son entre-jambe qu’il est en train de malaxer avec sa main. « Tu veux quoi exactement ? » lui demandé-je sèchement. Sa réponse est franche et précise : « Une pipe ». Je me lève, excité mais à la fois, et surtout, outré, et lui demande pour qui il me prend. Il se lève, m’attrape le bras et en me caressant la joue me dit qu’il pensait qu’on aurait pu s’amuser tous les deux. Je me sens comme un homme objet et je n’aime pas cette situation. Pourtant, alors qu’il m’embrasse, je me laisse faire, allant même jusqu’à lui caresser les cheveux. Il embrasse divinement bien ! Il me caresse le paquet à travers mon jean et me chuchote : « J! e vais te montrer que je suis réglo ! ». Il se met à genoux devant ! moi, défais ma ceinture, les boutons de mon jean et baisse doucement mon boxer. Il attrape mon sexe quasiment en érection et commence à le sucer tout doucement. Je pousse un léger gémissement.

Alex m’offre une belle fellation pendant quelques minutes avant de se redresser pour m’embrasser. Je lui murmure que je crois qu’il faut que je le remercie pour m’avoir ramené mon portefeuille. Il me sourit et à mon tour, je me mets à genoux et découvre la forme de son sexe bandé à travers son boxer. Je le lèche pour le faire gémir et je baisse son morceau de tissus. Son sexe est très beau, de bonne taille et de bonne grosseur, son pubis a quelques poils, ses boules sont rasées, je débute la fellation. Il pousse des gémissements, m’avouant préférer les gâteries qui lui sont faites par des mecs plutôt que des filles ! Il me fait remonter, de peur de gicler trop tôt et m’embrasse. Il m’enlève mon t-shirt. Je lui demande : « Tu es bi ? ».

Avec son doigt posé sur ma bouche, il me fait comprendre de me taire et me dit de me mettre à quatre pattes sur le lit. Je suis terriblement excité quand on me domine, j’exécute son ordre. Il pose sa langue sur mon petit trou et me fait immédiatement gémir. Il s’amuse à me doigter un peu également. Une fois mon anus bien lubrifié, il présente son sexe enrobé d’un préservatif et me pénètre doucement. Il accélère ensuite le rythme. Je pousse des gémissements. Il me tient les épaules d’une main et de l’autre, m’attrape le sexe pour me caresser au rythme de ses coups de reins. Au bout de quelques instants, il me demande de me mettre sur le dos et me donne une petite fessée. J’apprécie son geste complice. Face à lui, les jambes relevées, il me prend de nouveau et m’embrasse. J’adore quand on me fait ça, surtout quand nos gémissements sont étouffés par notre baiser. Il se redresse un peu et, sentant qu’il va venir, me conseille de me masturber. Tout en le regardant dans les yeux, je lui caresse le torse et je me laisse aller. Sa respiration se coupe, ses gémissements s’intensifient. Au moment où il pousse son râle le plus fort et le plus long, d’épais jets de mon sperme viennent se poser sur mon ventre. Il se cambre vers moi pour m’embrasser.